mots à maux

Publié le par gicquiaud marc

DIVERSIONS

 

mots à maux

 

Les syndicats ont moins d'adhérents, on ne vend plus la carte aux pommes. Pour les Curés c'est mal goupillé, ils ne savent plus où donner de la secte. La société sécrète des sociétés secrètes, mais faut pas confondre, opposer les intégristes avec les intégrés quand l'acide folklorique corse le jus d'écorce.

Salade de mots d'un côté, quart de rouge ou garde rouge de l'autre, l'esprit du vain a remplacé l'esprit de vin, parce que les crus donnent la cuite. Les hommes de verre se mettent au ver, prêchent la transparence et de pécheur deviennent pêcheur. Mais quand le cours d'eau empoissonné est empoisonné, le vert solitaire devient un vert solidaire. Sont-ils en vert et contre tout ou en verre et contre tous? Lisons à l'envers et au dévers leur papier de vert. Pourtant il ne faut pas croire, que, quand c'est vert c'est sévère, car si le vert mine pour l'agressé agreste, même verts moulus, parfois les verts rient, ils sont les verts de l'amitié.

Admirons ceux qui n'ont pas de revers pour devenir des hommes en vert et goûter le gâteau de savoir. Quand le mérite hérite des rites à l'académie, l'en vers vaut l'en droit: la puissance au puits de science! Et puis il y a ceux qui font du lard en devenant des hommes de l'art, et si la télé faune se téléphone, les carottes aussi ont des fanes.

Il n'y a plus de femmes popote, mais des femmes popotin. Elles n'ont plus ce réticule ridicule, et la femme au foyer devient pompier. Mais si le mâle est mal, le bien est donc femelle!

107

La voiture brillante est une voiture bruyante. On doit rouler sans vin pour rouler à cent vingt, sinon bien que épris de justice on devient repris de justice, amateur de sévices sociaux.

Avant les cloches sonnaient à midi, maintenant c'est la sirène. C'est la désaffection des affections. La crise crisse et crispe. En faction pour l'effraction, les hommes de peine pour payer deviennent des hommes de pêne, avec l'arme à l’œil. Quand la faim justifie les moyens c'est le tour de vice! C'est la fin du moi, c'est l'hallali de la lie. Ils feraient mieux de s'épouiller plutôt que de dépouiller. Même dans les parcs il y a des arbres à came, mine de rien ils disent qu'ils vont faire causette dans les Waters Closets .

Il faut s'y faire quand il y a ceux qui vocifèrent en prêchant la fin des faims. Ceux qui confondent l'indicatif avec le vindicatif pour les sélections des élections. Ils y croient dur comme fer, mais c'est dur à faire. Après on passe de la compréhension à la compression. La poule au pot dans votre assiette a été remplacée par l'assiette de l'impôt. Élu ému ou serin serein, dans la pollution des privilèges, la fonction crée l'orgasme. Même si les sous tachent, on n'en sort pas horrifié mais aurifié. Pour avoir l'oreille de l'oseille ils ont dû monter l'escabeau à une vitesse d'escargot, maintenant l'état gère!

 

Le cil subtil le dandy se dandine et couine contre celui qui inscrit l'éloquence de la chaire dans les revues du péché de chair. Tout n'est que contradictions: le proprement dégueulasse qui donne bien du mal, et celui qui introduit l'hystérique dans l'historique. Dans les bibliothèques les scélérats c'est les rats!

Partie sans le moindre effort la situation acquise devient situation assise, et le placide devient acide quand le non dit devient audit, et qu'un jugement sur faits surfait le transforme en un rat de marais.

Alarmé, mieux vaut céder, s'aider, que d'intercéder entre l'office, l'officier, et. l'officine.

Sans formules on formule la demande d'un formulaire.

Pour moi libre panseur mes gênes me gênent, j'en suis marri Marie, j'aime mieux vider une querelle que vider une poubelle, que choisir entre le prof élastique et le prophylactique, s'amuser à muser au musée ou se marrer à narrer.

Il n'y a plus d'éthique, l'éthique étriquée et étique est devenue une étiquette.

© Marc GICQUIAUD

Publié dans HUMOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article